Wagner, E.J. : La science de Sherlock Holmes [partenariat]

Titre: La science de Sherlock Holmes: Les débuts de la science criminelle
Auteur: E.J. Wagner
Genre: Historique, Scientifique, Essai
Quatrième de couverture:Angleterre, début du XXe siècle : tandis que l’ombre de Jack l’Eventreur plane encore sur Londres, sir Arthur Conan Doyle assiste avec passion à la naissance de la science criminelle.
Le maître en est persuadé : la science a un rôle crucial à jouer dans le système judiciaire…Tel est le premier fondement de La science de Sherlock Holmes. Qu’il se mêle de poison, de cendres de tabac ou de traces de pneus, le célébrissime détective fait en effet preuve d’un véritable esprit scientifique. L’ouvrage explore cet aspect fascinant de sa carrière, en montrant combien ses enquêtes reposaient sur les dernières découvertes scientifiques de l’époque.
Le livre constitue ainsi une introduction de qualité aux différents domaines de la policier scientifique, de la médecine légale à l’expertise des écritures, en passant par la balistique, l’analyse des empreintes digitales ou la toxicologie.
Une postface de Patrick Rouger, coordinateur de Police technique et scientifique, nous présente les outils que la police scientifique actuelle mettrait à disposition de Sherlock Holmes s’il revenait enquêter au XXIe siècle.

Mon avis

Ce livre m’a été offert en partenariat avec Newsbook et les éditions Le Pommier

Étant une grande fan de Sherlock Holmes, je n’ai pas hésité une seule seconde lorsque j’ai vu La science de Sherlock Holmes : Les débuts de la science criminelle de E.J. Wagner en partenariat. Habituellement je préfère lire des livres fictionnels plutôt que non-fictionnels, mais celui-ci m’avait fait un clin d’œil coquin que je ne pouvais résister.

Et que suis-je heureuse d’avoir cédé ! Ce livre est une mine d’informations intéressante et éducative. En 13 chapitres, E.J. Wagner nous retrace l’histoire de la science criminelle (ou la criminalistique) en nous présentant diverses figures, plusieurs anecdotes et petites histoires, qui font ensemble l’Histoire. Et en même temps, elle nous tire quelques parallèles avec le personnage de Sherlock Holmes, qui souvent est non seulement un homme de son temps mais aussi en avance, avec une intuition parfois pour le moins étonnante.

Pour résoudre une affaire criminelle, il faut prendre en compte plus d’éléments que l’on ne pourrait penser à priori. Dans les premiers temps il n’y avait pas de force de l’ordre civile, et quand elle a été instaurée, il y avait plusieurs problèmes d’organisation. De plus, les découvertes se faisaient à cette époque-même et il fallait du temps et un peu de chance pour que les nouvelles se propagent et s’adoptent.

Dans ces 13 chapitres, l’auteur touche donc à des problèmes, des obstacles et à des découvertes et à la manière dont ces découvertes ont pu résoudre des affaires. Le tout touche plusieurs domaines qui ensemble forment la criminalistique, et chaque chapitre s’occupe d’un domaine :

–          L’étude de l’anatomie et de la dissection ; leurs différences et utilités dans la médecine légale

–          Les obstacles de la superstition

–          L’étude des insectes et de ce qu’ils peuvent révéler

–          L’étude des poisons et substances mortelles

–          L’utilité des déguisements et de la discrétion (aussi bien du côté policier que criminel)

–          L’examen d’une scène de crime, de l’organisation et de la méticulosité à décrire une scène

–          L’identification des criminels : mise en place d’une base de données, notamment grâce à la découverte des empreintes digitales

–          L’étude de la balistique

–          L’étude des empreintes de pas et autres

–          L’étude de la géologie, des sols

–          L’examen des traces écrites et des écritures

–          L’étude du sang, de leur reconnaissance à l’identification ADN

–          Les obstacles que posent la médecine de l’époque et des mythes médicaux (tels que la phrénologie)

Et le livre clos sur une postface de Patrick Rouger, un glossaire, une bibliographie et un index.

E.J. Wagner est une historienne du crime et enseignante ; elle écrit aussi des romans à suspens. Son style d’écriture est très fluide, très entraînante. Elle sait facilement enchainer la théorie d’une anecdote et d’un parallèle avec Sherlock Holmes. Tout au long du roman elle ne fait non seulement une histoire de la science criminelle, mais aussi une analyse du célèbre détective. Il m’était très difficile de décrocher de livre tant elle avait su m’intéresser ; elle commençait chaque chapitre avec une citation tirée d’un Sherlock Holmes et à partir de là développait un domaine d’une manière complète et illustrée. Elle tire aussi un parallèle parfois une explication ou un fait avec une autre citation. Chaque chapitre terminait avec quelques petites notes anecdotiques ou complémentaires, parfois très amusantes ou surprenantes. Évidemment, avec un sujet pareil, il a quelques passages parfois un peu dégoutant voire gore, mais rien qui ne choque plus que quelques secondes.

Avec ce livre, on peut donc voir que Sherlock Holmes est plus qu’un personnage fictionnel sorti de l’imagination de Sir Arthur Conan Doyle; il peut aussi tenir comme élément d’étude de la criminalistique de l’époque ou encore comme un idéal à atteindre. Pour E.J. Wagner, Sherlock Holmes est ainsi non seulement un prétexte pour écrire un livre sur la science criminelle mais aussi un personnage entier important dans l’étude historico-scientifique de la criminalistique. Si vous aimez les romans ou séries policiers, je pense que ce livre vous plairait tout autant qu’il m’a plu !

Je voudrais remercier encore une fois Newsbook et les éditions Le Pommier pour m’avoir fait découvrir ce livre très intéressant et très instructif !

Advertisements
This entry was posted in Essai, Historique and tagged . Bookmark the permalink.

2 Responses to Wagner, E.J. : La science de Sherlock Holmes [partenariat]

  1. Yspaddaden says:

    Si je ne l’ai pas encore commencé, c’est juste parce que ma fille, étudiante en sciences l’a embarqué. En plus, elle est revenue ce week-end en me disant qu’il était vraiment bien, mais qu’elle n’avait pas encore fini… super, moi j’attends 🙂

  2. Korto says:

    Je savais qu’il allait te plaire !!! =D

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s