Landy, Derek: Skully Fourbery, t1

Titre: Skully Fourbery (tome 1)
Auteur: Derek Landy
Genre: Fantastique jeunesse
Editions: Gallimard jeunesse
Quatrième de couverture: À la mort de son oncle, Stephanie Edgley, douze ans, hérite d’une vaste propriété. Un curieux individu, emmitouflé dans un long manteau, le visage dissimulé par une écharpe, des lunettes noires et un chapeau, fait irruption chez le notaire lors de la lecture du testament. Son nom est Skully Fourbery, détective privé de son état, cynique comme il se doit, mais aussi… le squelette vivant d’un magicien mort quatre cents ans plus tôt ! Il lui apprend que son oncle a été assassiné et qu’elle pourrait bien être la prochaine sur la liste…

Mon avis

Je n’ai qu’un seul mot à dire : brilliant (à prononcer à l’anglaise, bien entendu).

À la Foire du Livre de Bruxelles de cette année, ce roman m’a sauté aux yeux alors que je flânais du côté Gallimard. Un squelette détective ? Je n’ai même pas réfléchi plus de trois secondes qu’il était déjà dans mon sac, acheté et étiqueté.

Nan mais sérieux. Un squelette. Détective. Y a pas plus cool sur terre, à part peut-être une baleine qui fume une pipe et qui lit le journal dans le bas-fond de l’océan, et qui te sort des feintes encore plus puissantes que Gad Elmaleh à l’apogée de sa carrière.

J’ai cependant mis du temps à le lire et à le terminer ; non parce qu’il n’est pas intéressant (bien au contraire !) mais parce que premièrement, je devais lire Les Murs de l’Univers en même temps pour mon partenariat et deuxièmement, comme vous le savez très certainement, c’est la période des examens.

Et j’ai beau aimer lire, je préfère encore passer mon année.

Mais passons à ce qui vous a amené ici : Skully Fourbery.

Skully est, comme son nom l’indique, un squelette. Est-il vivant ou mort ? Lui-même ne saurait le dire ; mais au moins il a le sens de l’humour. Bon, un peu noir et pourave l’humour, mais quand on est un squelette, on est facilement pardonné. Skully est aussi un magicien, et un bon. Il a un passé mystérieux, il a un long manteau super-mega-awesome, il a un badass chapeau : Skully est tout simplement le parfait détective des séries fantastiques.

(Comment ça ça se voit trop que j’ai un crush ?)

Skully devient au cours du roman le mentor d’une jeune fille, Stephanie. Stephanie est courageuse, curieuse et elle n’a pas froid aux yeux ; elle est aussi tout simplement adorable. Skully ne l’a fait pas rire, et elle n’a pas peur de le dire (au grand désarroi de celui-ci, qui entretient l’illusion d’être un grand comique). Si j’avais lu ce livre quand j’avais son âge (c’est-à-dire douze ans), je suis sûre à cent pour cent que je passerais mes journées à prétendre que je suis elle et que je suis tellement badass que même Bruce Willis me demanderait des autographes.

Les autres personnages secondaires sont tout aussi délicieux. Je dirais même plus ; si les personnages étaient des m&m’s, ils ne survivraient pas longtemps sous ma dent !

(Bon d’accord, j’arrête les blagues pourries… ou pas.)

Le style est parfaitement équilibré entre les dialogues et les descriptions. On rit, on pleure même, on en veut plus. Je crois que les Irlandais ont quelque chose de magique dans leurs boissons, parce qu’après Eoin Colfer voici que je tombe éperdument amoureuse de Derek Landy ! Plus le temps passe, plus je lis des livres, et plus j’ai envie de visiter l’Irlande et voire même y vivre trois bons long mois et y cultiver mon propre petit humour.

Il faut cependant remarquer que si le ton est léger, le fond l’est moins. Une guerre se prépare et entre les blagues, les personnages en sont bien conscients et l’affrontent avec sérieux. Ils rencontrent des difficultés, essayent de les affronter et de gagner, mais il arrive qu’il y ait des casualités et des dégâts. Des gros dégâts. C’est un roman rempli d’action et il est intéressant de noter que l’auteur pratique des arts martiaux et sait de quoi il parle.

Je terminerai cette chronique donc en vous conseillant fortement de lire ce petit bijou et surtout de l’offrir à tous les gosses de votre entourage en précisant fortement que l’un des héros un squelette détective. Un génial squelette détective. Si le gamin il est pas tout excité en entendant ça, c’est que vous avez sérieusement raté son éducation et qu’il faut y remédier au plus vite !

Advertisements
This entry was posted in Fantastique, Jeunesse and tagged . Bookmark the permalink.