Gaiman, Neil: Neverwhere

Titre: Neverwhere
Auteur: Neil Gaiman
Genre: Fantastique
Synopsis: Richard Mayhew vit à Londres une vie sans histoire, travaille dans un bureau, s’apprête à se marier, lorsqu’il sauve la vie de Porte, une jeune fille qui a le don de savoir ouvrir tout ce qui peut s’ouvrir. Cet évènement fait basculer sa vie. Sa fiancée le quitte, ses proches ne le voient plus, sa vie semble n’avoir jamais existé.
Il découvre alors qu’il existe un Londres d’En Bas, souterrain, peuplé de mendiants qui parlent aux rats, et de toute une société féodale et magique. Il décide de suivre Porte à la recherche des assassins de son père, dans l’espoir de trouver un moyen de reprendre une vie normale.

Mon avis 

J’ai la fâcheuse habitude de ne jamais sortir d’une bibliothèque les mains vides. Oh, pour certains cela semblerait être une bonne chose, mais pour une lectrice lente et dotée d’une PAL débordante telle que moi, j’aurais bien voulu m’en abstenir.

Le fait est qu’un bel après-midi de février, j’ai pris Neverwhere de Neil Gaiman sur un coup de tête, avec l’idée que je ne le lirais même pas vu que j’avais déjà plusieurs bouquins sur ma table de nuit. Mais pour une fois, ce ne fut pas le cas, et je dévorai ce roman avec un plaisir inattendu mais bienvenu.

C’est le premier de Neil Gaiman que je lis et franchement, je ne suis pas déçue. Son style d’écriture m’a fait transporter et m’a captivé jusqu’à la fin. En mêlant plusieurs points de vue, nous suivons le chemin de plusieurs personnages et nous ne comprenons le sens de leurs paroles et de leurs actes que lorsque les différents points se convergent. Du coup, le début parait un peu confus par moments, mais c’est une douce confusion. L’envie de lire plus et toujours plus ne nous quitte pas, même lorsque le roman est terminé.

Et bien sûr, n’oublions pas l’humour décapant de Gaiman qui, même lors de moments très douloureux (le monde de la Londres d’En-Bas n’est pas très joyeux –loin de là), nous permet de garder un sourire sur le visage, aussi minime soit-il.

Concernant le scénario et les personnages, j’étais intriguée dès les premières lignes. Histoire captivante, personnages délicieux, voyage épique dans un monde inconnu : ce sont les parfaits ingrédients pour la meilleure recette du meilleur chef. Je me suis attachée très vite à Richard, ce pauvre gars qui n’a rien demandé et qui se fait entrainer dans une histoire bien trop grande pour lui. De même pour Porte, le marquis de Carabas et Chasseur, qui bien que difficiles à cerner aux premiers abords, se sont très vite faufilés dans mon affection et y ont construit un petit nid douillet, tandis que les deux antagonistes du récit me faisaient tellement rire que je ne me pouvais m’empêcher de les aimer, eux aussi.

Seul petit défaut : j’aurais voulu en apprendre plus sur ce mystérieux Talent. Qui a un Talent ? Pourquoi ? Comment ? Mais ce défaut est somme toute assez mineur, car il rend toute l’affaire encore plus mystérieuse qu’elle ne l’est déjà. Parfois moins on en dit, mieux c’est.

Le monde de la Londres d’En-Bas est sombre, crasseux et effrayant. Gaiman nous fait découvrir une autre géographie de la ville, une géographie cachée de tous, tout en nous enseignant sur celle que nous connaissons. Moi qui ne suis allée à Londres qu’une seule fois dans ma vie, en voyage scolaire, ce fut un plaisir de lire lorsqu’il expliquait le plan de la ville. Il est très probable que la prochaine fois que j’y irai, je donnerai une attention particulière aux égouts et aux clochards en pensant à Richard et aux mystères de la Londres d’En-Bas.

Le récit m’a tenu à bout de souffle pendant un très bon moment et j’étais tellement curieuse et entraînée que j’ai lu en classe, en plein cours de Turc, juste sous le nez de ma professeur (qui m’a laissée tranquille parce qu’elle expliquait un point de grammaire que j’avais déjà compris). Lorsque j’ai fini le roman, j’ai dû aller le redonner à la bibliothèque avec dépit. J’aurais voulu en lire plus sur cet univers, en lire plus sur ces personnages. J’aurais voulu le relire encore et encore, pour attraper tout ce qui m’avait échappé à la première lecture. Il m’arrive parfois de repenser à ce roman et à me dire, ah, j’aimerais tellement l’avoir sous la main…

Résultat des courses : coup de cœur du mois de mars et il est très probable que je l’achèterai et le déposerai dans ma bibliothèque avec amour, et de temps en temps, quand l’envie m’y prendra, caresser sa (belle, très belle) couverture du bout des doigts et feuilleter ses pages avec attention.

Advertisements
This entry was posted in Fantastique and tagged . Bookmark the permalink.

8 Responses to Gaiman, Neil: Neverwhere

  1. BlackWolf says:

    Ah Neverwhere, je l’ai lu récemment aussi et j’ai passé un excellent moment de lecture. Content qu’il t’ai plu aussi alors.

  2. morgouille says:

    Je n’ai encore rien lu de cet auteur mais j’ai acheté “L’étrange vie de Nobody Owens” il y a peu, tu me donnes très envie de le mettre en haut de la pile !! 🙂

  3. Tonia says:

    Elle est sympa ta prof de Turc xD
    Je n’ai pas lu Neverwhere mais j’ai vu la mini-série de la BBC (6 épisodes) que j’ai bien aimée (les personnages, l’ambiance…pareil que toi apparemment ^^) Je te la conseille vivement si tu veux te replonger dans cet univers 😀
    D’ailleurs Gaiman a été l’un des scénaristes de la série. Bref, ton article me conforte dans mon envie de lire ce roman!

    • Ouais elle est cool xD

      Ouiiii j’ai trop envie de voir la série! Mais je ferai ça cet été, pour l’instant j’étudie pour les exams ;___;
      La série est différente du livre, mais je te conseille vivement de le lire ^o^!

  4. Tonia says:

    Ça y est, je viens de le finir et d’apprendre qu’en fait la série est antérieure au roman…je ne sais pas si tu savais. En tout cas je l’ai trouvé super bien 😀 J’ai juste pas envie de quitter les personnages… 😦 ils sont délicieux comme tu dis ❤
    Ça serait magnifique si Gaiman les reprenait un jour pour leur faire vivre de nouvelles aventures *_* (bon ok je rêve éveillée…)

    • Contente que ça t’ait plu :D! Je n’ai pas encore vu la série, mais c’est antérieur au roman tu dis? Ca m’intéresse encore plus =o! Faut pas que j’oublie de me les procurer et de les regarder…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s